La Bosnie-Herzégovine à l’heure des discours sans fin(s)

L’achèvement de l’année 2009 sans aucune prise de décision sur les nécessaires évolutions des dispositifs internationaux civils et militaires en Bosnie-Herzégovine suscite de nombreuses interrogations sur les motivations réelles des acteurs concernés et la capacité de la dynamique européenne à jouer le rôle d’entraînement escompté. Cette indécision contribue à perpétuer des blocages politiques favorisés par un système institutionnel dans lequel personne ne se reconnaît mais que tout le monde utilise, comme si, lorsque le fond fait défaut ou semble hors d’atteinte, les apparences pouvaient durablement sauver l’essentiel. Au-delà des divergences qui persistent, l’attitude constructive amorcée par les pays limitrophes invite les Bosniens à se recentrer sur eux-mêmes, à affronter leur passé comme à rechercher les compromis indispensables. Les blocages durables de ces dernières années indiquent clairement qu’un point de rupture a été atteint dans le pays et qu’une étape ultérieure, aussi imprécise soit-elle, est en train de voir le jour. Le temps où le « roi sera nu » n’est peut-être plus très éloigné, rendant les discours moins ardents mais plus denses.

Le sommaire de l’AFRI 2010