Justice pénale internationale

La justice pénale internationale n’a jamais été aussi active que ces dernières années durant lesquelles plusieurs anciens dirigeants ont été jugés, comme Charles Taylor, Hissène Habré, ou Radovan Karadžić. Elle n’en demeure pas moins contestée, entre autres par les États-Unis, l’Union africaine ou la Russie. Et elle ne peut compter sur les soutiens nécessaires pour s’intéresser aux crimes commis par les Occidentaux ou les grandes puissances.

Dans ces conditions, si elle continue à se développer, est-elle en mesure de répondre aux multiples attentes qu’elle a pu créer ? Il est encore beaucoup trop tôt pour faire le procès de la justice pénale internationale. Mais on peut déjà poser un regard critique sur ses réussites et ses limites actuelles, de sa place dans les relations internationales, de ses rapports avec d’autres régimes, d’autres provinces du droit international public ou encore de son exercice national, local ou global. C’est l’objet de cet ouvrage que d’apporter quelques éclairages sur une évolution particulièrement stimulante de cette justice.

Ouvrage sous la direction de Julian FERNANDEZ
CNRS – Biblis, 10 novembre 2016, 432 pages

Consulter la page du livre sur CNRS Editions