Le deuxième âge nucléaire indien. Portée et limites de la diplomatie nucléaire d’une puissance pivotale

Résumé Le concept de puissance pivotale dégagé par Henry Kissinger dans son ouvrage « Diplomatie », pour qualifier la politique britannique d’équilibre stratégique sur le continent européen au XIXe siècle, permet utilement d’appréhender le jeu des puissances (Inde-Chine-Etats-Unis) en Asie méridionale. Alors que cette région avait été marquée, depuis 1947, par le rôle pivotal et des Etats-Unis et de l’Inde, seule cette dernière a poursuivi une telle politique, sur le plan diplomatique, depuis les essais nucléaires de 1998, en profitant de l’antagonisme feutré entre Américains et Chinois. L’accord indo-américain du 18 juillet 2005 indique que cette politique pivotale s’exprime aussi désormais dans le domaine stratégique, sur arrière-fond de compétition pétrolière et nucléaire (civile) sino-indienne. Delhi a tenté, jusqu’à présent, de maximiser sa puissance sans trop s’engager sur le plan militaire avec les Etats-Unis ; l’accord du 18 juillet secrète de nouvelles contraintes, non prévues. – Le sommaire de l’AFRI 2006