Le journalisme et la question de la responsabilité sociale dans les pays africains. Nécessité d’appropriation des valeurs éthiques et déontologiques

Résumé

Le rappel de certaines crises ayant secoué nombre de jeunes démocraties africaines ces dernières années (le Rwanda, la Côte d’Ivoire, etc.) incite à braquer les projecteurs sur certaines pratiques journalistiques en Afrique. Des pratiques qui ont souvent été décriées, car jugées non compatibles avec les valeurs et les principes fondamentaux de la profession. Evoluant dans des contextes sociopolitiques contraignants, le journalisme en Afrique – en particulier au Burkina Faso – est devenu une profession ouverte, où n’importe qui peut se prévaloir journaliste. Aussi dérives et dérapages aux conséquences parfois dramatiques sont-ils assez fréquents. Or, si on veut permettre au journalisme de jouer un rôle prépondérant et décisif vis-à-vis des sociétés en développement, il importe à la fois de mettre en place un environnement politique, économique et institutionnel viable et, surtout, de faire de la formation – longtemps considérée comme inopportune, voire inutile – un axe prioritaire.

Le sommaire de l’AFRI 2008