Les opérations en coalition. Modes d’organisation et dangers cachés

Résumé Les états-majors, condition première de la puissance militaire, restent aujourd’hui et plus que jamais le cerveau des armées modernes. A la suite de la première guerre du Golfe, qui a permis une certaine prise de conscience, les états-majors des grands pays de l’Alliance atlantique et de l’Union européenne ont subi des transformations considérables. L’objet de ces modifications était de créer des structures interarmées jusqu’alors inexistantes, ainsi que d’être en mesure de passer d’une perception géographique de la sécurité à une perception fonctionnelle. Ont ainsi été clairement reconnus trois niveaux d’action militaire (stratégique, opératif et tactique), entraînant une division en trois catégories des états-majors européens pour ce qui est de la planification et de la conduite des opérations militaires. Lors d’une opération en coalition, les organismes de planification et de conduite sont d’une complexité redoutable, pas nécessairement exclusivement technique, masquant parfois, voire souvent, des enjeux stratégiques et politiques de taille entre partenaires, comme en témoigne l’Opération Concordia en Macédoine ou encore le Multinational Interoperability Council.Le sommaire de l’AFRI 2005