Puissance et influence dans le cadre des relations internationales post-Guerre froide. Le cas de la France

Résumé La notion de puissance a marqué pendant des siècles, sous des formes diverses, l’équilibre des forces entre nations, tout en influençant la théorie des Relations internationales et la philosophie politique. Dans le nouveau contexte d’unipolarité apparu depuis la fin de la Guerre froide et l’émergence de ce qu’il est convenu d’appeler la mondialisation, la puissance n’apparaît plus suffisante en soi. Pour se prolonger en influence authentique, elle ne peut plus désormais être dissociée de la légitimité que confère l’assentiment de la communauté internationale ou encore le respect des règles de droit international. Afin de s’exercer pleinement, la puissance doit à présent jouer sur toute la gamme des moyens classiques de l’influence. Souvent indirects et subtils, ces moyens apparaissent d’une mise en œuvre plus délicate, comme l’illustre l’exemple de la France. Ce pays conserve aujourd’hui nombre de ses atouts passés, mais son influence sur la scène internationale tend à décroître en valeur relative ; et, ce, d’autant plus que la politique internationale de la France apparaît aujourd’hui en décalage non seulement avec les grandes mutations mondiales, mais aussi avec l’évolution même de la société française. – Le sommaire de l’AFRI 2006