Un Pacte de stabilité pour l’Europe du Sud-est : Vers l’européanisation des Balkans

Résumé L’Union européenne semble avoir la vocation de n’intervenir qu’à l’issue des conflits qui secouent l’Europe de l’après-guerre froide. C’est en effet après s’être de nouveau illustrés par leur incapacité à gérer une nouvelle crise yougoslave, que les Quinze décidèrent de lancer, en avril 1999, un Pacte de stabilité pour l’Europe du Sud-est, destiné à assurer la sécurité, la démocratisation et la reconstruction économique des Balkans à long terme. En 1995, l’Union européenne avait déjà adopté un Pacte de stabilité dont l’objectif était d’inciter les anciens pays de l’Est, candidats à l’adhésion, à signer des traités bilatéraux afin de régler leurs problèmes de minorités et de frontières. Ce Pacte s’inscrivait clairement dans la stratégie de l’Union européenne d’élargissement à l’Est. Le nouveau plan de stabilité pour l’Europe du Sud-est, qui n’est pas sans présenter des points communs avec le premier exercice, poursuit les mêmes objectifs ambitieux : garantir la paix, la stabilité et la prospérité de la région (I), favoriser la coopération régionale et sceller le rapprochement entre l’UE et les Balkans en offrant, à terme « une pleine intégration dans ses structures » (II). – Le sommaire de l’AFRI 2000