De l’Euro à la PESC, d’Amsterdam à Helsinki : Les balbutiements d’un « acteur » international

Résumé À la veille d’aborder son second cinquantenaire, l’Union européenne semble avoir trouvé tout au long de l’année 1999 la voie d’une affirmation plus nette de son identité d’acteur international. Il s’agissait d’une opportunité à saisir par l’analyste pour tenter de cerner davantage ce que recouvre ce concept d’acteur dans le cadre de la première édition de l’Annuaire français de relations internationales et, plus particulièrement, de la présente rubrique consacrée à l’Union européenne comme acteur des relations internationales. La théorie des relations internationales nous offrant peu d’outils permettant de définir ce qu’est un acteur international, nous tenterons en effet dans cette rubrique un travail d’approximation empirique par le biais d’études de cas permettant de cerner, au départ des politiques concrètes de l’Union européenne, comment celle-ci interagit avec son environnement international et se forge, par là même, une forme d’identité spécifique constitutive de son rôle d’« acteur ». L’intuition qui préside à cette démarche est double. D’une part nous présumons que l’acquis des théories de l’intégration politique peut contribuer à la réflexion sur le rôle d’acteur international de l’Union européenne, sans pour autant entrer dans le jeu stérile – si prisé dans le monde académique – du ralliement à telle école anglo-saxonne contre telle autre. D’autre part, nous partageons la conviction que le chercheur se doit de ne jamais prendre pour acquises des affirmations théoriques ou à vocation généralisante et qu’est plus riche la démarche consistant à soumettre de telles affirmations au feu roulant de la réalité des faits empiriques, et ce de la manière la plus systématique possible. Ainsi notre rubrique prend comme point de départ la présomption d’une identité d’acteur de l’Union européenne dans les relations internationales, mais confronte celle-ci à la réalité de l’action internationale de l’Union. Deux études de cas seront abordées dans les deux contributions suivantes : la politique de l’UE en matière de sanctions économiques, par Tanguy de Wilde d’Estmael, et le rôle de l’UE dans la crise du Kosovo, par Barbara Delcourt. Le présent article se focalisera sur plusieurs temps forts de l’année 1999 révélateurs des balbutiements de l’UE comme acteur international : les débuts de l’euro sur la scène internationale ; les développements de la PESC; les perspectives ouvertes par les décisions du Conseil européen d’Helsinki à propos du futur élargissement de l’Union. – Le sommaire de l’AFRI 2000