Force et diplomatie : à propos de la guerre du Kosovo

Résumé Les relations entre force et diplomatie sont apparues, à l’occasion de la guerre du Kosovo. Au moins cinq problèmes ont surgi, au cours de l’opération, qui méritent une analyse approfondie : · celui, tout d’abord, de l’objectif du recours à la force dans de telles circonstances; s’agissait-il de modifier l’attitude et la politique de Milosevic, ou de soustraire la situation sur le terrain à son contrôle, d’une opération coercitive, ou humanitaire ? · celui des moyens employés: quelles limites apporter à l’usage de la force dans des circonstances où les intervenants extérieurs ne cherchaient à faire prévaloir aucun intérêt propre, direct ou indirect, mais prétendaient se faire les instruments d’une conception supérieure du droit des gens ? · celui de l’efficacité du recours à la force, non seulement au regard de ses objectifs proclamés, mais de sa contribution à la résolution politique finale du conflit du Kosovo, et, plus largement de l’instabilité régionale provoquée par la succession yougoslave ? · celui de la transition dans le temps vers une situation où les instruments diplomatiques redeviendraient progressivement prépondérants par rapport aux outils militaires ? · celui, enfin, de l’acceptabilité internationale et de la valeur de précédent de l’intervention armée de l’OTAN en RFY. – Le sommaire de l’AFRI 2000