L’Opération Licorne en Côte d’Ivoire

Résumé Le conflit sanglant de Côte d’Ivoire a fait l’objet de diverses interprétations, qui ont influencé l’approche de la France et ses rapports avec les acteurs du conflit. Au-delà d’une stratégie politique qui est apparue fluctuante, les modalités de l’intervention française en Côte d’Ivoire s’inscrivent en rupture avec les pratiques du passé pour se situer désormais dans le cadre d’une doctrine nouvelle de gestion des situations de crise en Afrique sub-saharienne. Cette évolution, en gestation depuis le milieu des années 1990, a paradoxalement permis à la France de consolider sa présence militaire sur le continent en « incrustant » ses interventions dans la panoplie des mécanismes sous-régionaux, régionaux et globaux de prévention et de règlement des conflits. Cette nouvelle doctrine s’est cristallisée à la faveur de l’opération Licorne qui s’inscrit dans une stratégie globale de gestion des conflits combinant recherche d’une solution politique (l’Accord de Linas-Marcoussis), action diplomatique et insertion du volet militaire dans les mécanismes de sécurité régionaux (CEDEAO) et globaux (Nations Unies). – Le sommaire de l’AFRI 2004