L’Union africaine dix ans après

Dix ans après sa création, il est opportun de faire un premier bilan de l’action de l’Union africaine (UA), dont les concepteurs souhaitaient qu’elle incarne la « renaissance africaine ». Si, aujourd’hui, son autorité, tant vis-à-vis des autres institutions africaines que de ses partenaires internationaux, est bien supérieure à celle de l’organisation à laquelle elle a succédé, l’Organisation de l’unité africaine, l’UA continue de faire l’objet de nombreuses critiques. L’analyse des crises dans lesquelles elle s’est impliquée fait notamment apparaître une vision conservatrice de la paix, bénéfique aux dirigeants en place davantage qu’aux populations. La montée en puissance de l’UA place les Occidentaux, principaux soutiens extérieurs de l’organisation, dans un dilemme, leur souhait de renforcer les capacités africaines en vue de créer les conditions de leur propre désengagement entrant en conflit avec leur désir de ne pas perdre leur influence.