La diplomatie chinoise face à la seconde crise nucléaire nord-coréenne

Résumé Un des aspects les plus positifs de la seconde crise nucléaire nord-coréenne réside dans les nouvelles responsabilités assumées par la diplomatie chinoise. Celle-ci est parvenue à mettre en place les pourparlers à six, premier dialogue sécuritaire réunissant les pays de l’Asie du nord-est. Ce mécanisme de gestion de crise n’a à cette date pas apporté de solution définitive. L’action chinoise ne peut donc être considérée comme une éclatante victoire diplomatique. Elle prend cependant tout son relief si on la compare au rôle chinois lors de la première crise nucléaire nord-coréenne (1993-1994). Plusieurs facteurs ont influencé l’évolution de la diplomatie chinoise : les mutations du contexte régional ont accentué l’urgence d’un règlement et multiplié les enjeux de la crise ; sa croissance a doté la Chine de nouveaux moyens d’influence. Il semble primordial de replacer son action dans le contexte d’une réforme générale de sa politique étrangère amorcée à la fin des années 1970. – Le sommaire de l’AFRI 2006