La France et l’avenir de la sécurité européenne après la fin de la guerre froide – Une perception allemande

RésuméLe sommaire de l’AFRI 2000 Depuis les bouleversements politiques et stratégiques qui se sont produits au début des années 90 dans l’Europe orientale et sur le territoire de l’ancienne Union soviétique, la France se voit confrontée avec la nécessité de redéfinir à fond sa conception sur la sécurité de l’Europe. Dans ce processus de réorientation et de redéfinition une tendance claire et simple est pourtant persistante : la vision française de la sécurité sur le vieux continent est inséparable du projet de construction européenne, c’est-à-dire que, pour la France, dès le début des années cinquante jusqu’à nos jours l’idée européenne est inséparable de l’idée de paix sur le continent donc du projet d’une identité européenne en matière de sécurité et de défense. Comme la France était régulièrement soupçonnée par ses partenaires européens dans le passé de vouloir « détruire » l’Alliance atlantique pour y substituer un système européen sous leadership français, tout le problème pour la diplomatie allemande qui garde toujours une conception très atlantiste de sa sécurité est de savoir comment la politique française dans la nouvelle situation internationale réorganise ses relations avec les institutions multilatérales telles que l’OTAN et l’UEO et redéfinit son rôle à l’intérieur de ces institutions.