La gestion internationale des grands programmes de recherche scientifique

Résumé Depuis cinquante ans, la physique des particules peut être considérée comme un modèle de coopération internationale. Le succès du CERN, le grand laboratoire européen pour la physique des particules installé dans la banlieue de Genève, est universellement connu. Le CERN est une organisation intergouvernementale. La convention constitutive, signée à Paris en 1953, a donné au CERN une personnalité juridique propre à caractère international. Le CERN compte aujourd’hui vingt Etats-membres, lesquels disposent chacun d’une voix au Conseil qui prend toutes les décisions importantes sur la vie de l’Organisation. La coopération internationale ne se limite pas au CERN. Les physiciens ont décidé d’utiliser en commun les accélérateurs de particules du monde entier. Les détecteurs auprès des accélérateurs sont construits et opérés par des collaborations internationales regroupant jusque soixante pays. La coopération internationale a permis de proposer un programme scientifique et technique bien équilibré. Aujourd’hui, il y a consensus dans la communauté des physiciens pour qu’après le Large hadron collider (LHC), actuellement en construction au CERN, le nouveau projet soit un collisionneur linéaire électron-positon. Ce sera un projet mondial, dont le mode d’organisation est encore à définir. – Le sommaire de l’AFRI 2004