La guerre russo-tchétchène, un conflit sans fin

Résumé La guerre russo-tchétchène est loin d’être finie et il convient de s’interroger sur les ressorts d’une telle situation : pourquoi ce conflit ne baisse-t-il pas en intensité? Le conflit repose sur l’opposition entre une logique de puissance et une logique de valeurs, cependant ce double électrochoc n’explique pas tout. La guerre russo-tchétchène renvoie à une matrice fondée sur une représentation particulière du rapport espacetemps : sur l’axe spatial, Russes et Tchétchènes répondent à des dynamiques antagonistes de désenclavement qui se fondent sur plusieurs lignes de force (la domination de l’isthme caucasien, la puissance de la plaine contre celle de la montagne ou encore l’aspiration à jouir du potentiel économique du Caucase); sur l’axe temporel, Russes et Tchétchènes suivent des logiques dualistes de pouvoir, où s’opposent une logique développementaliste et universaliste à une logique culturaliste et particulariste. Le choc des nationalismes, l’opposition entre une logique de domination et une logique d’émancipation, ainsi que la représentation de l’Autre dans la littérature et la poésie sont autant de rapports de force qui participent à ces logiques dualistes de pouvoir. – Le sommaire de l’AFRI 2005