Le réengagement français dans les conflits africains et le défi ivoirien

Résumé L’intervention française dans la crise ivoirienne renoue avec la tradition interventionniste de la France en Afrique et dessine les premiers contours d’un nouveau type d’engagement français sur le continent noir en amorçant de nouveaux principes d’intervention (multilatéralisation régionale et globale du conflit). Le bilan de l’intervention française est mitigé : elle a permis d’éviter l’éclatement d’une véritable guerre ouverte sans que pour autant, la Côte d’Ivoire recouvre la paix puisque presque deux ans après la signature de l’Accord de Linas – Marcoussis, le processus de paix lancé par cet accord est dans l’impasse. Cette situation de blocage, forte de conséquences sur la future politique africaine de la France, ne saurait cependant se résumer à un seul échec français : admettre une telle analyse serait pécher par excès de simplicité. Les ferments de la situation d’impasse sont à rechercher ailleurs, ils résident principalement dans l’absence de volonté politique ivoirienne de sortir de la crise et l’attitude du président Laurent Gbagbo est particulièrement éloquente à cet égard. – Le sommaire de l’AFRI 2005