Les attentats du 11 septembre : le terrorisme entre rupture et continuité

Résumé Si les attentats du 11 septembre se rangent clairement dans la catégorie du « terrorisme », leur ampleur leur confère une portée singulière, manifestation d’une mutation radicale des modalités ordinaires du terrorisme. Ces actes se caractérisent notamment, et cela est inhabituel, par une décontextualisation de la violence et une déconnexion totale entre la fin poursuivie et les moyens mis en œuvre par les responsables de l’attentat : cette absence d’ancrage social et intellectuel de la violence signale une violence non politique, dépourvue d’objectifs d’action réalisables et d’enracinement idéologique. En outre, l’on est ici en présence d’un terrorisme anti-social de nature théologique, qui se distingue fortement du terrorisme « classique » généralement tourné contre un Etat. Enfin, la nouveauté de l’événement du 11 septembre réside dans la mise en récit du spectacle terroriste, pensé ici comme spectacle médiatique, voire spectacle des médias. – Le sommaire de l’AFRI 2002