Les contradictions de la politique étrangère américaine durant la crise iraquienne

Résumé De l’automne 2002 au déclenchement des hostilités (20 mars 2003), la gestion américaine de la crise iraquienne a révélé un certain nombre de contradictions. Cette guerre illégale s’est appuyée sur une base idéologique fragile : les différentes doctrines (« États voyous », guerre juste, guerre préemptive) étaient contestables et peu élaborées. Surtout, la systématisation du danger iraquien a conduit les États-Unis à affaiblir l’ONU et l’OTAN, à accentuer les divisions entre les alliés (y compris la Turquie) et à renforcer les sentiments anti-américains dans une grande partie du monde. L’état de l’Iraq après la guerre (désordre politique, violence endémique, spectre de la division du pays…) conforte cette analyse de la crise. – Le sommaire de l’AFRI 2004