Les nouveaux mercenaires en France : la fin des tabous

Résumé

Le développement des sociétés militaires privées va au-delà la définition et de la perception du mercenariat traditionnel. L’externalisation de certaines tâches relevant traditionnellement du domaine régalien est une réalité admise aux Etats-Unis comme en Grande-Bretagne et en Afrique du Sud. L’expansion de ces sociétés militaires privées répond aux multiples défis posés par la sécurité internationale : déficit de recrutement, impact médiatique des pertes militaires, réticence à s’engager dans des conflits sans intérêt stratégique. Ces pays ont d’ailleurs édicté un cadre légal plus ou moins rigoureux, permettant de contrôler l’activité de cette industrie en expansion. En dépit de la contradiction apparente entre la recherche du profit inhérente à ces sociétés et la notion de service public guidant les armées nationales, les auteurs estiment que ces entités sont vouées à être complémentaires et appellent à la définition, en France, d’un cadre légal permettant à des sociétés militaires privées de s’y développer.

Le sommaire de l’AFRI 2008