Les relations franco-algériennes ou la poursuite des amicales incompréhensions

Résumé Les rapports franco-algériens, déjà marqués à l’origine par un côté fortement émotionnel, se sont complexifiés depuis le début de la guerre civile. La France, après des hésitations, s’est engagée dans la voie du soutien tacite aux autorités algériennes mais sans que cette politique ne lève l’ambiguïté fondamentale de la relation bilatérale, faite de frustration et d’incompréhension. Les différentes situations de cohabition en France ont rendu difficile l’expression d’une ligne politique cohérente et intelligible jusqu’à 1999. Désormais, la politique française vis-à-vis de l’Algérie peut se synthétiser comme un soutien raisonné aux autorités algériennes et à une délégation partielle du dossier au niveau de l’Union européenne afin de contourner le pathos propre à la relation bilatérale. D’une certaine manière, en raison de la multitude des liens qui les lient, France et Algérie sont obligés de vivre ensemble dans la complémentarité. Il s’agit maintenant de mieux organiser ce qui ne peut pas être  » normalisé « . – Le sommaire de l’AFRI 2001