Les représentations politiques de la diplomatie française dans les médias pro-iraniens au Liban, avant et après l’accord nucléaire

Les rivalités des puissances internationales et régionales au Liban passent par les canaux d’influence de chacune d’elles, y compris les médias. Ces derniers cristallisent les différends et sont utilisés dans la guerre communicationnelle comme un instrument efficace pour influencer l’opinion publique. Les médias, selon leur parti pris, attaquent les unes et défendent les autres. Les médias pro-iraniens au Liban abordent la diplomatie française en proposant des représentations politiques à géométrie variable. Ils ne perçoivent pas la France comme un acteur digne de foi, même après l’accord nucléaire du 14 juillet 2015. Les ambivalences diplomatiques de Paris sur le dossier iranien sont dénoncées par ces médias, qui montrent une France maniant tour à tour la pression et le dialogue vis-à-vis du Hezbollah libanais. Leur discours médiatique reconnaît l’aspect équilibré de l’approche française vis-à-vis de la situation conflictuelle libanaise. En revanche, il montre un affaiblissement de l’influence diplomatique française au Liban. En cause, le rapprochement franco-saoudien, mal jugé par les médias pro-iraniens.