Nouvelle course aux armements au Moyen-Orient

La rivalité Israël-Iran, les révoltes arabes et l’exacerbation de la guerre froide entre Téhéran et Riyad depuis 2015 ont relancé la course aux armements au Moyen-Orient qui profite aux Etats pourvoyeurs d’armes, Etats-Unis en tête, suivis de la Russie, de la France, de l’Allemagne, du Royaume-Uni et de la Chine, laquelle réalise une percée sur le marché des drones. Cette course aux armements stimule également les industries de défense d’Israël, de l’Iran et des Emirats arabes unis. La constitution d’arsenaux imposants en faveur des monarchies du Golfe ne reflète pas la réalité des rapports de force, car la quantité n’est pas gage d’efficacité dans ces monarchies affaiblies par de nombreux problèmes structurels. Pour apaiser la rhétorique conflictuelle alimentée par ce réarmement massif toujours susceptible de déraper, la France gagnerait à promouvoir une Conférence pour la sécurité et la coopération dans le Golfe (CSCG) entre l’Iran, l’Iraq et les monarchies du Conseil de coopération du Golfe, qui s’inspire du modèle de ce que fut la CSCE en Europe.