Quelles options pour l’Ukraine ? Révolution orange et nouvelles perspectives de sécurité

Résumé Un an après la Révolution orange, l’environnement stratégique de l’Ukraine s’est substantiellement modifié. Partenaire de l’Alliance atlantique, proche alliée des Etats-Unis mais soumise à l’influence russe, l’Ukraine de Leonid Koutchma semblait devoir perpétuellement osciller entre l’Est et l’Ouest. L’arrivée des réformateurs pro-occidentaux a finalement permis à Kiev de réclamer ouvertement une adhésion à l’OTAN et à l’Union européenne. Si l’option peut se justifier sur un long terme, la brusquerie de cette réorientation, soutenue par les Etats-Unis et suivie attentivement de Bruxelles, a eu un impact négatif. La Russie, qui n’a jamais vue dans la Révolution orange autre chose qu’une tentative d’encerclement supplémentaire ourdie à Washington, a réagi avec la plus grande brutalité. Face à cette situation, s’il est encore hasardeux de tirer un bilan des acquis de la Révolution orange, il est en revanche possible d’affirmer que l’environnement de sécurité de l’Ukraine s’est dégradé, alors que l’avenir politique des réformateurs semble de plus en plus compromis. – Le sommaire de l’AFRI 2006