Terrorisme et relations internationales. Après le 11 septembre, la relation terroriste au cœur des relations internationales

Résumé

Une compréhension éclairée des relations internationales contemporaines impose de prendre un juste recul sur le phénomène terroriste. Plutôt que de dénoncer l’hyperterrorisme ou le méga-terrorisme, il convient de s’intéresser à la relation terroriste modelée par le 11 septembre dans son ensemble. Celle-ci est d’abord fonction de huit composantes : les deux adversaires, les médias, l’opinion publique, le contexte international dominant le jeu de la relation, les moyens employés et les effets obtenus. La relation terroriste comporte ensuite plusieurs variantes : « New York », « Bagdad » ou « Londres ». Surtout, la singularité du terrorisme du 11 septembre réside dans sa coproduction par Al Qaïda et les participants à la guerre au terrorisme, regroupés derrière les Etats-Unis. Finalement, la relation terroriste ainsi définie est au cœur des relations internationales, sous la forme de la guerre. Elle vient aussi perturber la scène économique et la sphère des normes et de la culture. Pour autant, l’apocalypse n’est pas la seule issue de la relation terroriste de type 11 septembre.

Le sommaire de l’AFRI 2007

Cliquez sur l’icône pour télécharger le texte intégral en version PDF