Les cyber-conflits, une révolution géopolitique ?

Au cours des dernières années, un nombre significatif d’événements internationaux (cyber-attaques contre l’Estonie, infiltrations contre les réseaux militaires américains et européens) a poussé le cyber-espace sur le devant de la scène stratégique. Il est ainsi possible de concevoir le cyber-espace comme un monde social autonome, dans lequel Etats et acteurs non étatiques rentrent en concurrence. Dans le même temps, malgré la prolifération de travaux portant sur la révolution informatique et ses conséquences pour les forces armées modernes, de nombreux écueils subsistent, parmi lesquels l’attribution d’une attaque, l’intentionnalité des acteurs derrière celle-là et l’affiliation ou non de ces derniers à une mouvance politique fortement structurée. En dépit de ces incertitudes, force est de constater un effort accru dans l’institutionnalisation des moyens dédiés à la cyber-défense, aux Etats-Unis comme en France. A cette problématique bureaucratique, s’ajoute une dimension doctrinale fondamentale : si le cyber-espace est un domaine autonome, peut-on y appliquer des schémas conflictuels classiques tels que la dissuasion ? A l’heure où les décideurs politiques et militaires n’ont pas encore rendu de conclusions en la matière, il importe donc de structurer un agenda de recherche qui puisse appuyer ces travaux.

Le sommaire de l’AFRI 2010