Les projets de la Russie et de la Chine en Asie centrale. Coopération – Compétition
Cahier Thucydide n° 17

Le projet de la restauration de la Route de la Soie lancé par le Président de la République populaire de Chine (RPC) Xi Jinping a provoqué des critiques de toute sorte. Du scepticisme par rapport à la bonne volonté affichée de la Chine jusqu’aux pronostics de domination globale de la Chine. Si pour le moment, il est difficile de prédire les vraies intentions de la Chine et l’éventualité probable du succès de ce projet, nous pouvons déjà voir quels territoires le projet « One Belt, One Road » va concerner et quelles implications cela peut avoir. La route terrestre est censée réunir l’Asie-Pacifique et l’Europe via l’Asie centrale par le biais d’investissement dans les infrastructures et dans le développement général des cinq États. Pourtant, la présence chinoise en Asie centrale, vu son potentiel, peut constituer une menace pour les intérêts de la Russie dans la région. Il faut rappeler que la Russie est déjà engagée dans la réalisation d’un projet Eurasiatique qui inclut, entre autres, les États d’Asie centrale. Dans le contexte actuel, la Russie se positionne en tant qu’allié politique de la Chine et accueille favorablement l’initiative de la Nouvelle Route de la Soie. Pourtant les relations sino-russes se poursuivront-elles dans cette voie quand la Chine va véritablement s’investir en Asie centrale ?