L’usage du référendum dans les relations internationales
Cahier Thucydide n° 20

Le Cahier est diffusé avec l’aimable autorisation de la Société d’histoire générale et d’histoire diplomatique (SHGHD) et des éditions Pedone.

La Société d’histoire diplomatique a réuni le 14 avril 2018, avec le généreux concours de la Fondation Singer-Polignac, un colloque consacré à la question suivante : « L’usage du référendum dans les relations internationales ». Le présent ouvrage en publie les actes.

Ce colloque s’est déroulé sous la présidence du Prince Gabriel de Broglie, président de la Société d’histoire diplomatique, et il a été conclu par M. Edouard Balladur, ancien Premier Ministre.

Ses travaux ont été conduits par le Pr. Maurice Vaïsse, Professeur émérite à l’Institut d’études politiques de Paris, et par M. François Bujon de l’Estang, ambassadeur de France. La Société d’histoire diplomatique leur en est profondément reconnaissante.

Une centaine de personnes a assisté à ce colloque mais d’innombrables internautes ont encore la possibilité d’en connaître le déroulement puisque la Fondation Singer-Polignac a enregistré ces travaux et les met librement à la disposition de tous sur son site Internet.

La tenue de ce colloque s’inscrit dans une tradition, remontant à une trentaine d’années, de la Société d’histoire diplomatique attentive à organiser tous les deux ans un colloque réunissant des personnalités françaises et étrangères et visant à apporter, à la lumière de l’Histoire, une réflexion approfondie sur de grandes questions diplomatiques.

Le choix du thème retenu en 2018 s’est imposé à la lumière de l’actualité – qu’il suffise de mentionner le Brexit ! – mais aussi par l’observation d’une situation paradoxale : alors que le recours au référendum est devenu très fréquent en matière internationale, la réflexion sur ce qui justifie, illustre ou infirme cette pratique reste encore lacunaire.

Pour traiter ce sujet, la Société d’histoire diplomatique a choisi une perspective chronologique large. Le lecteur ne sera donc pas étonné de références aux écrits de Thucydide du Vème siècle avant J.-C. ou aux traités du Moyen-Âge en un temps où « la paix [était] loin de se limiter à une affaire de princes entre eux, tant les attentes des sujets [étaient] grandes en ce domaine » et où « l’opinion de la place publique [était] sans doute plus active, et moins diaphane, qu’on a pu le penser ».

L’essentiel des analyses historiques faites au cours du colloque a cependant porté sur les deux périodes contemporaines majeures, celle qui a débuté dans le courant du XIXe siècle et s’est achevée dans le fracas de la Seconde Guerre mondiale, période marquée par l’irruption du phénomène plébiscitaire dans la pratique diplomatique, et celle, plus récente, des 70 dernières années qui ont vu la multiplication, spécialement dans le Tiers Monde et en Europe, des référendums portant sur des questions internationales.

Puisse la lecture des actes de ce colloque enrichir la réflexion et renforcer une sage prudence quant à l’usage du référendum dans les relations internationales !

Frédéric BALEINE DU LAURENS
Secrétaire général de la Société d’histoire diplomatique