Infrastructures et technologies de l’eau douce : le risque d’une fuite en avant. Les vulnérabilités d’une gestion centrée sur l’offre

Les techniques, technologies et infrastructures destinées à augmenter la disponibilité en eau (eau potable, irrigation…) connaissent un essor significatif depuis plusieurs décennies. Face à des pénuries en eau récurrentes et de plus en plus étendues, le recours à cet éventail de solutions, à l’image du dessalement, est perçu par un nombre croissant de pays comme un moyen de sécuriser quantitativement leur offre en eau. La mise en œuvre de ces infrastructures et technologies, lorsqu’elle sert une vision de la gestion de l’eau excessivement centrée sur l’offre, crée cependant de nouvelles vulnérabilités techniques, de gouvernance et de développement.