L’arc de crise : entre fantasme géopolitique et ‘politiquement correct’

Popularisé dans un magazine en 1979, l’« arc de crise » est devenu un élément récurrent du discours occidental décrivant la zone qui va du Maghreb à l’Asie du Sud. Il survit à la Guerre froide sans que sa légitimité intellectuelle soit jamais contestée. Il semble jouer un rôle déterminant dans l’élaboration des politiques étrangères de George W. Bush comme de Barack Obama, sans être jamais clairement défini. Il faut les révolutions arabes de 2011 pour le voir disparaître du discours géostratégique, alors que sa pertinence semble enfin justifiée. Nul n’ose qualifier de « crise » le Printemps arabe. A moins que l’« arc de crise » n’ait jamais servi qu’à décrire le monde arabo-musulman sans le dire et éviter d’authentiques interrogations géostratégiques.