Le ‘Processus d’Ottawa’. Dix ans de ‘désarmement humanitaire’

AFRI 2008, volume IX – Résumé

Dix ans après la signature, par 122 Etats, les 3 et 4 décembre 1997 à Ottawa, de la Convention sur l’interdiction de l’emploi, du stockage, de la production et du transfert des mines antipersonnel et sur leur destruction, il n’est pas sans intérêt de dresser un bilan de ce qui s’apparente à une forme de « désarmement humanitaire ». Tout d’abord, il apparaît que le « Processus d’Ottawa », caractérisé par l’intrusion de la société civile dans les enceintes de négociation internationales, incarne l’émergence d’un nouveau type de méthode diplomatique. En second lieu, si la Convention d’Ottawa, à laquelle participent plus ou moins directement, début 2008, 176 pays, se révèle un succès, dans le même temps, des faiblesses demeurent dans la lutte contre les mines antipersonnel, tandis que le double spectre que représente le terrorisme international et la prolifération / dissémination des armes de destruction massive posent de nouveaux défis au désarmement.

Le sommaire de l’AFRI 2008