Les Emirats arabes unis, un Etat pétrolier prospère aux pieds d’argile

L’espoir d’un nouvel ordre mondial que nourrissaient les pays exportateurs de pétrole au cours des années 1970 a rapidement laissé place aux désillusions et à l’idée d’une malédiction pétrolière. Echappant à cette fatalité, les Emirats arabes unis ont connu un formidable développement, d’abord grâce aux revenus pétroliers, puis grâce à la diversification économique. Cependant, l’essor émirati a été artificiellement soutenu par le recours à trois leviers : les hydrocarbures, la finance et l’immigration. Leur utilisation excessive au cours de la décennie écoulée, de l’inauguration du Burj Al-Arab le 1er décembre 1999 jusqu’aux difficultés financières de Dubai World en fin d’année 2009, place aujourd’hui la fédération dans une situation fragile. Son développement pourrait ainsi être sérieusement remis en cause si le pays ne parvenait pas à franchir certains obstacles qu’il rencontrera au cours des années à venir.

Le sommaire de l’AFRI 2010