Les médias en difficulté dans la crise en Haïti. La revanche du téléphone portable au pays de l’oralité

Résumé Cet article porte sur les représentations données par la presse des événements qui ont secoué Haïti avant le départ du Président Aristide de l’île. Il observe comment la presse caribéenne, dès lors qu’elle ne travaille pas uniquement avec les dépêches d’agences internationales, a pu les approcher. Le travail s’appuie sur un corpus d’articles publiés entre le 5 décembre 2003 et le 13 mars 2004. Après avoir rappelé quelques données fondamentales concernant Haïti, il décrit les modalités de travail des journalistes étrangers en Haïti pendant les troubles, puis la trame des événements telle qu’elle apparaît à la lecture de ces moyens d’information caribéens est reconstituée avec les interrogations inhérentes à la couverture médiatique des situations de conflit. En contrepoint des médias caribéens, quelques grands journaux français ont été consultés permettant de mesurer la distance entre la perception des événements selon le lieu de construction de l’information médiatique. En croisant les grands moyens d’information et les médias locaux – qui ont souvent travaillé en créole et avec le téléphone portable – une autre vision de ces événements émerge. – Le sommaire de l’AFRI 2005