Syrie : où en est l’insurrection ?

L’insurrection syrienne, malgré des progrès remarquables dans la construction d’institutions locales dans les zones insurgées, se heurte à un double obstacle. D’une part, la représentation extérieure et les institutions locales collaborent peu, voire plus du tout. D’autre part, la montée de mouvements radicaux liés à Al Qaïda marginalise les mouvements modérés, alors que le PKK instrumentalise les Kurdes de Syrie dans une stratégie régionale qui passe par un accord avec le régime de Damas. L’absence de soutien occidental aux groupes modérés et l’impossibilité d’une solution diplomatique en raison notamment de la radicalité du gouvernement de Damas laissent ainsi prévoir un conflit long et déstabilisateur pour l’ensemble de la région.