Guerre (droit) – Dictionnaire encyclopédique de l’Etat

Existe-t-il phénomène plus banal dans les relations internationales que celui de la guerre ? Les rapports entre États semblent perpétuellement se dérouler sous son ombre (Aron, 1962 : 691). Au vu des tensions inhérentes à la désorganisation initiale du monde, la légitimité du canon comme moyen de sauvegarder ses intérêts et d’assurer sa sécurité fut longtemps incontestée. Il faut dire que l’anarchie des relations internationales, par nature conflictuelle, n’incite pas spontanément à la régulation des confrontations armées entre entités indépendantes. Avec le développement d’affrontements massifs, pas seulement ceux opposant quelques happy few – chevaliers ou mercenaires, les États finirent néanmoins par en appeler au droit et plus seulement à de vagues principes de modération pour limiter le recours aux armes. Pour reprendre le mot de Georges Clemenceau, la guerre devenait une chose trop grave pour être confiée uniquement aux militaires. Les guerres mondiales et leurs massacres de civils incitèrent alors à la construction de régimes juridiques ambitieux à défaut d’être toujours effectifs ou efficaces…