L’affaire Edward Snowden : la surveillance globale interpelle la confiance entre Etats ! Quelles suites ?

D’une année à l’autre, une affaire de plus ! Les révélations d’un informaticien employé par la NSA ont perturbé les relations internationales et diplomatiques entre les Etats-Unis et nombre de pays du monde, dont ceux relevant de l’Occident et de l’Europe. Edward Snowden, par devoir, a rejoint les « lanceurs d’alerte » (whistleblower), dénonçant les pratiques de surveillance généralisées de la part des Etats-Unis grâce aux technologies et usages de l’Internet, mais aussi à la complicité des acteurs économiques concernés. Si, trois ans auparavant, sur son site WikiLeaks, Julian Assange a révélé des documents du Pentagone sur les pratiques de l’armée américaines lors de ses opérations extérieures ainsi que des télégrammes diplomatiques, Edward Snowden a montré l’ampleur d’un processus de centralisation des données tous azimuts développé par son employeur. Ses révélations ont été largement reprises par bien des médias, réseaux sociaux et intellectuels, car interrogeant sur le respect de la vie privée, les droits de l’homme, la confiance entre Etats et l’enjeu de la régulation des réseaux communicationnels quels qu’ils soient.