La Bosnie-Herzégovine à l’heure des discours sans fin(s) ?

Depuis juin 2006 et la décision du Conseil de mise en œuvre des accords de paix (PIC) de s’engager sur la voie d’une clôture de la fonction de Haut- Représentant (HR), la place et les modalités d’exercice de la supervision internationale focalisent plus que jamais les attentions politiques en Bosnie- Herzégovine. Cette question, non tranchée depuis quatre ans, parachève les débats de longue haleine portant essentiellement sur l’équilibre souhaitable entre l’exercice par le HR de ses pouvoirs exécutifs – dits «de Bonn» (1) – et le besoin d’appropriation locale.