La France à l’épreuve du terrorisme. Entre le possible et le réel

Depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, la France n’a pas été épargnée par le terrorisme. Après un terrorisme à dimension nationale entre 1950 et 1980, le pays connaît trois vagues successives de terrorisme à dimension internationale entre 1980 et 1995. Elles la conduisent à développer sa résilience à travers une triple dimension : institutionnelle, normative et renseignement. Si par la suite elle connaît un long répit stratégique sur son sol jusqu’en 2012, la France se dote d’un solide socle conceptuel et adopte un train de mesures spécifiques. A partir de 2012 (assassinats commis par Mohamed Merah), le terrorisme frappe à nouveau sur son sol et à l’étranger les ressortissants français. Si la réponse est nécessaire, elle n’est pas pour autant suffisante pour combattre efficacement l’ennemi à l’intérieur – refonder le contrat social – et à l’extérieur – imaginer le monde de demain. La France doit relever ce défi global par une réponse globale alliant pragmatisme et efficacité. Elle doit déboucher sur un « catastrophisme éclairé » grâce à une nouvelle métaphysique du temps et de l’action, de la relation entre le possible et le réel.