La gouvernance économique de l’Union européenne après la crise

La crise grecque, précédée par la crise financière et suivie par une crise plus générale de la zone euro, a remis la question de la gouvernance économique européenne sur le devant de la scène en pointant les difficultés de coordination entre les Etats membres. La crise a souligné le rôle essentiel de la Banque centrale européenne et mis en évidence les défis auxquelles se trouve confrontée la Commission européenne. Celle-là a été fragilisée par l’inefficacité du Pacte de stabilité, par ses tentatives avortées de coordination des plans de relance nationaux et par l’échec de la Stratégie de Lisbonne. Plus généralement, la réactivité de l’Union européenne face à la crise a souffert des divergences économiques et politiques entre les Etats membres, ainsi que de certaines contraintes institutionnels. Au-delà des solutions palliatives mises en place dans l’urgence, l’Union est aujourd’hui confrontée à la nécessité d’une réforme plus fondamentale de sa gouvernance économique. Celle-là a été amorcée par des propositions formulées par la Commission, par les gouvernements nationaux, ainsi que par le monde académique. Ces propositions visent notamment à renforcer la supervision macro-économique et financière, à relancer le marché intérieur et à créer des mécanismes de gestion de crise.