Le Congrès démocrate et la conduite de la politique étrangère américaine en 2007

Résumé

En novembre 2006, le parti du président Bush perd la majorité dans les deux chambres du Congrès américain. La victoire démocrate est attribuée au rejet, par les Américains, de la gestion de la guerre en Iraq par la Maison-Blanche. Cependant, malgré la clarté du mandat attribué par les électeurs, les Démocrates peinent à rediriger substantiellement la conduite de guerre : ils votent en faveur du financement de l’envoi de renforts et ne parviennent pas à obtenir de retrait des troupes. Ils déploient pourtant un activisme législatif rare depuis 2001 et restaurent les pouvoirs de délibération et de surveillance du Congrès. L’échec partiel des Démocrates sur la question iraquienne s’explique par un certain nombre de contraintes institutionnelles et conjoncturelles : la permanence d’une « présidence impériale », des divisions au sein du camp démocrate, une majorité étroite au Congrès et une crainte persistante de l’opposition d’endosser la responsabilité d’un retrait précipité.

Le sommaire de l’AFRI 2008