Des perspectives de croissance incertaines ? L’évolution des échanges commerciaux des pays en développement

La dépendance vis-à-vis des matières premières comporte de nombreux effets négatifs et peut même favoriser la formation de « trappes à pauvreté ». La croissance des grands pays émergents et leur contribution à l’augmentation de la demande mondiale pour des biens produits par les pays en développement semble atténuer le pessimisme des thèses selon lesquelles la croissance à long terme des pays dépendants de produits de base est fragilisée par la détérioration des termes de l’échange et la volatilité intrinsèque des prix. L’article souligne, d’une part, que les échanges entre pays émergents et pays en développement, s’ils créent des opportunités pour ces derniers, comportent des risques, notamment pour leurs secteurs industriels, comme le montre l’exemple des échanges entre la Chine et l’Afrique sub-saharienne. L’article montre d’autre part que les épisodes de croissance des pays en développement des années 2000 ont surtout découlé d’une demande pour des produits non transformés, notamment le pétrole, et de la hausse des cours qui s’en est ensuivie. Le risque est de renforcer la spécialisation de ces pays et leur dépendance vis-à-vis des produits de base. Or, l’évidence empirique confirme l’actualité des thèses pessimistes quant aux caractéristiques intrinsèques de ces produits – déclin des prix, volatilité, vulnérabilité des économies aux chocs extérieurs. Ces caractéristiques sont défavorables à la croissance à long terme des pays en développement. Ces processus soulignent à nouveau que la diversification est l’un des mécanismes essentiels de la croissance, comme l’ont montré les stratégies de développement suivies par les developmental States d’Asie de l’Est.

Le sommaire de l’AFRI 2009