Le Sommet mondial sur la société de l’information. Un bilan des objectifs à mi-parcours

Le Sommet mondial sur la société de l’information (SMSI) présente un bilan mitigé et peine à être en phase avec les problématiques complexes auxquelles il prétend répondre avec pour échéance l’année 2015. Les causes sont multiples : structurelles, procédurales et organisationnelles. Il s’y ajoute une lacune majeure : les mécanismes de financement qui doivent permettre la réalisation des objectifs fixés. L’article examine cette mise en œuvre dans le cadre des solutions contribuant à combler le « fossé numérique », problématique prioritaire du SMSI, et plus particulièrement à mettre en place des infrastructures de télécoms/TIC et des moyens pour y accéder, à la fois enjeu et préalable. De graves omissions compromettent sérieusement les chances de succès dans les objectifs affichés dans le Plan d’action. Seule une nouvelle dynamique et des mesures plus concrètes et ciblées (comme la mise en place du Forum sur les mécanismes de financement (FMF)), ainsi qu’une clarification en termes d’objectifs et de priorités permettront de réaliser les réseaux et leurs accès indispensables pour édifier une « société de l’information à dimension humaine, inclusive et privilégiant le développement », comme le recommande la Déclaration des principes du SMSI.