Union économique et monétaire : 2015, bond en avant ou effet d’annonce ? Impulsion de l’Union européenne, hésitations nationales : le couple franco-allemand, moteur ou frein de l’UEM ?

L’année 2015 a été marquée par de nombreuses contributions sur l’approfondissement de l’Union économique et monétaire. Incontestablement, en réaction aux crises, des avancées fondamentales ont comblé des retards de conception du projet commun. Les présidents des institutions européennes tracent la feuille de route à appliquer avec leur rapport de juin 2015. Les étapes complémentaires prévues en 2017, puis éventuellement au début des années 2020, seront fondamentales dans l’approfondissement de l’Union. La question d’un budget commun aux Etats de la zone euro, la légitimité démocratique qui en découle, ainsi que le rapprochement des politiques économiques resteront au coeur des débats. Toutefois, l’impulsion nécessaire à l’approfondissement de l’UEM ne pourra se faire que si les Etats s’accordent pour effectuer ce « bond ». Or les différences de perspective se résument ainsi : hésitations du côté français pour le partage de souveraineté ; réticences fondamentales du côté allemand pour le partage de risque faute de confiance mutuelle.