Keyvan PIRAM

Chercheur associé au Centre Thucydide, Analyse et recherche en relations internationales, de l’Université Panthéon-Assas (Paris, France) et au Center for Transatlantic Relations de la Johns Hopkins University, School of Advanced International Studies (Washington DC, Etats-Unis) ; Enseignant dans le cadre du Master 2 de Relations internationales des universités Panthéon-Assas et Paris-Sorbonne ; Chargé d’études pour EDF et l’Institut du monde arabe.

Champs de recherche : Approvisionnements et sécurité énergétiques ; dépendances et rentes énergétiques ; politiques énergétiques ; politique des pays exportateurs d’hydrocarbures ; politiques, économies et sociétés des pays riverains du Golfe Persique.

Résumé de thèse : Rejetant l’idée simpliste mais communément acceptée d’une « malédiction des ressources » qui affecterait les pays exportateurs de pétrole, cette thèse vise à comprendre les conséquences de la détention et de l’exploitation d’hydrocarbures par les Etats. Si les effets les plus évidents de l’exportation du pétrole sont d’ordre économique, grâce aux revenus pétroliers, ceux-ci affectent également les équilibres politiques et sociaux. De Bagdad à Abuja, d’Alger à Caracas, les échecs des pays exportateurs à se moderniser ont conforté l’illusion que le pétrole entrainait finalement plus de maux que de bienfaits. Or c’est dans chacun des cas la faiblesse des institutions étatiques, à l’origine de décisions déraisonnables, qui est en cause. Cette thèse a pour objectif de modéliser le lien entre hydrocarbures et Etats, en identifiant les éléments déterminants qui façonnèrent les transformations des pays exportateurs de pétrole depuis les années 1970. Grâce à ses institutions démocratiques, la Norvège put mettre à profit ses richesses en hydrocarbures pour le bien-être de sa population. Grâce à l’importance absolue de ses réserves pétrolières, l’Arabie Saoudite devint une puissance régionale de premier plan, courtisée par les grandes puissances. Grâce à l’importance relative de leurs ressources en hydrocarbures, les petites monarchies du Golfe offrirent prospérité et opulence à des populations réduites. Ainsi les hydrocarbures ne sont pas politiquement neutres, mais ils ne déterminent pas pour autant la destinée des Etats qui les détiennent et qui décident de leur utilisation. Les hydrocarbures sont donc un instrument de puissance important, mais difficile à maîtriser.

Articles publiés sur le site :

Le Panarabisme

Article rédigé pour le web-documentaire « Vous avez dit Arabe ? » qui sera publié par l’Institut du Monde Arabe (Paris) en septembre 2016. Durant la Première guerre […]

Islam et politique

Article rédigé pour le web-documentaire « Vous avez dit Arabe ? » qui sera publié par l’Institut du monde arabe (Paris) en septembre 2016. Aux origines de l’islam, […]